Haikus du manque

Aiguë est la plaie
Écarlate le flux soyeux
Les yeux voient si loin
 
Grisante est l’ivresse
Le reflet faible est odieux
Comme une pute freelance
 
L’amateurisme a son charme
L’arène nous pardonne
Et l’adrénaline
 
Psys académiques
Vérités toutes théoriques
Que vas-tu m’apprendre ?
 
Cioran et les putes
Vadrouillent sans trottoir
Dans 3 mois j’ai 40 ans
 
Alcool inutile
Herbe bien trop passive
Quelle est la prochaine étape ?
 
Femmes à la peau douce
Peaux parfumées, moites
A quand mon tour, je halète
 
Mon souffle est si court
Sevré de tant de substances
Ou je crois peut-être
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :